La Vienne Rurale 06 septembre 2019 à 15h00 | Par Guillaume de Werbier

Audun-Le-Tiche et Loudun : « Mes deux villes de cœur »

Géo Caselli, 85 ans, fait partie des 2600 Mosellans qui ont été évacués en septembre 1939, pour venir se réfugier dans le Loudunais. Avec sa famille, il a vécu à Maullay pendant 7 ans. Il se souvient.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Guillaume de Werbier

Pour Géo Caselli, le Loudunais est une deuxième maison. Elle l’a été d’abord de manière contrainte. Pendant la première semaine de septembre 1939, l’invasion allemande de la Pologne déclenche non seulement la Seconde Guerre mondiale, mais elle provoque aussi des mouvements de populations se trouvant dans les territoires français appelés « zones rouges » le long de la frontière avec l’Allemagne. Ce fut le cas pour 60 000 Mosellans. « Les Allemands étaient à 25 km. On entendait les échanges de tirs ! », raconte Géo Caselli qui habite à ce moment-là avec sa famille à Ottange.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vienne Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui