La Vienne Rurale 26 août 2018 à 12h00 | Par Carole Mistral

L’Angélique, marquise des anges

On le sait, l’Angélique peut-être consommée sous formes de confiseries, mais ses feuilles peuvent aussi se manger, ses graines peuvent finir en condiment, et ses racines en huile. Dans le Marais poitevin, il ne reste plus que deux producteurs à cultiver la fameuse plante verte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © La Popotte de Manue

Depuis le Moyen-âge, l’Angélique, surnommée l’herbe des anges, est l’objet de nombreux fantasmes. Originaire d’Europe du nord, elle aurait été introduite dans la région, probablement par des membres du Clergé, au XIIe siècle, et cultivée pour ses vertus médicinales. Production mineure et confidentielle, à l’ombre des clôtures monacales, l’Angélique est utilisée comme rempart de la peste qui décime le tiers de la population de Niort dans les premières années du XVIIe siècle. Portée comme un gousset suspendu au cou, elle aurait protégé les Niortais et acquiert à partir de cet instant une réputation quasi mystique. Olivier de Serres, le père de l’agronomie, affirme d’ailleurs dans son traité, « Le théâtre d’agriculture », que le nom de l’Angélique lui a été donné « à cause de cette vertu qu’elle a contre les venins ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vienne Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui