La Vienne Rurale 18 janvier 2019 à 08h00 | Par Elisabeth Hersand

Trois listes au jeu des questions - réponses

Pour aider les agriculteurs à faire leur choix pour les élections aux chambres d’agriculture, dans le collège 1, la Vienne Rurale a posé les mêmes questions aux 3 listes qui se présentent dans ce collège des exploitants.Trois grandes thématiques ont été abordées: la situation de la ferme Vienne, les sujets agricoles et le rôle de la chambre d’agriculture.Les réponses ont été inscrites dans l’ordre établi par la Préfecture, et sont précédées du logo de chaque liste.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
 (© Elisabeth Hersand)

A/La situation de la Ferme Vienne

Le nombre d’agriculteurs ne cesse de diminuer, sur quels atouts doit s’appuyer la ferme Vienne pour se développer ? Quelles actions faut-il privilégier ?

Coordination Rurale:
Le nombre d’agriculteurs ne cesse de diminuer, sur quels atouts doit s’appuyer la ferme Vienne pour se développer ? Quelles actions faut-il privilégier ?S’appuyer sur nos productions diversifiées.Accroître leur lisibilité auprès des consommateurs, les développer et continuer à innover.Assurer la présence d'un réseau de coopératives et de négoces, maintenir les abattoirs, les laiteries, le marché au cadran et les marchés de producteurs «  Bienvenue à la ferme »,  « La ferme s'invite». Développer la plateforme Agrilocal 86, la marque « Poitou », etc...Développer les outils de proximité pour pénétrer le marché de la restauration hors domicile.Encourager et développer la présence de lycées agricoles.Développer les synergies.S’appuyer sur l’eau, avec dans notre département, une pluviométrie suffisante mais mal répartie.Négocier sans relâche avec l'administration pour retenir l'eau de l'hiver à partir de solutions les plus économiques possible.

FNSEA-JA:
Sur nos forces : notre capacité à porter des projets collectifs tout en soutenant des projets individuels, notamment sur les parcours de transmission et d’installation ... dans un seul objectif : défendre un département avant tout polyculture élevage.

 

Confédération Paysanne:
Depuis de nombreuses années l’élevage est en diminution, les fermes sont de plus en plus grandes. Bien souvent pour compenser la baisse de rentabilité, l’agrandissement a été le principal levier actionné.À l’échelle du département, cela nous a conduits à une politique de surinvestissement, à une forte dépendance aux aides de la Pac, à une grande fragilité face à la volatilité des cours mondiaux.Le projet de la Confédération Paysanne est à l’opposé de cela ; nous proposons une agriculture diversifiée qui favorise l’emploi des femmes et des hommes, qui relocalise l’alimentation et crée de  la valeur ajoutée.


Les installations sont toujours peu nombreuses… Quelle stratégie pour  relancer une dynamique?

Coordination Rurale:
Sans prix rémunérateurs, pas de métier attractif ni d’installations viables ! Néanmoins, l’aide et l’accompagnement à l’installation sont indispensables pour pallier le déficit d’installations en agriculture et la CR veut en favoriser l’accès au plus grand nombre.Alors que le dispositif actuel a montré ses limites, la CR porte un projet pour une installation libre et réussie se basant sur des mesures claires et concrètes :- faciliter au maximum les démarches d’installation et assouplir les modalités d’attribution des aides ;- revoir le critère d’âge ;- prendre en compte les formations pratiques et l’expérience pour adapter le parcours au jeune installé ;- harmoniser et revaloriser la DJA.Nous nous opposons également à toute discrimination entre les installations aidées et celles qui ne le sont pas (accès aux aides, aux droits à produire…). C’est un combat difficile, car certains ont fait de cette injustice une stratégie pour garder le contrôle sur les installés.

FNSEA-JA:
Ce sera un des enjeux majeurs de la mandature. 1700 exploitations seront potentiellement à transmettre dans les 7 ans.La transmission et l’installation sont liées. Nous devons avoir une stratégie départementale qui concerne toutes les organisations agricoles. Ne plus travailler chacun dans son coin au sein de sa structure est une de nos lignes de travail. Nous devons développer la collaboration entre les différentes organisations pour optimiser les compétences dédiées à ces questions.

Confédération Paysanne:
La relance de l’installation doit être une priorité. Chaque agriculteur qui arrive à la retraite doit prendre conscience qu’une ou plusieurs installations sont sans doute possibles sur sa ferme, il doit la ou les faciliter.Le profil des candidats et le type d’agriculture développée à l’installation a fortement évolué ces dernières années. Les jeunes installés sont unanimes pour dire que le parcours à l’installation est trop rigide et pas adapté au projet diversifié et innovant, il faut le réformer en profondeur.La difficulté d'accès au foncier et l’augmentation du prix des terres sont les premiers freins à l’installation ; Les élus de la Chambre d’Agriculture de la SAFER et de la CDOA ont un rôle primordial à jouer pour stopper des agrandissements démesurés qui empêchent l’installation et la fortification des petites fermes. La diversité des projets nécessite une pluralité des conseils à mettre en œuvre pour accompagner d'abord la transmission et ensuite la mise en forme des projets, une pluralité de compétences est souvent nécessaire pour un même projet.

Alors que les réglementations sont le plus souvent nationales ou Européennes, et que les marchés et les prix sont mondiaux, comment agir efficacement pour épauler les agriculteurs de la Vienne ?

Coordinnation Rurale:
Il faut, pour épauler les agriculteurs de la Vienne :Stopper les importations de produits agricoles qui ne respectent pas les réglementations nationales et européennes. La France doit s’abstenir de sur-transposer les règles européennes.En parallèle, il est urgent d’organiser, en circuits courts, l’approvisionnement de la restauration à domicile et hors domicile.

FNSEA-JA:
Ensemble on est plus fort : la valorisation des produits via Éleveurs et Engagés, les circuits courts et Agrilocal, des projets tels qu’Agrisoleil pour le photovoltaïque, le travail sur la méthanisation, proposer des projets collectifs afin de valoriser et conserver la valeur ajoutée pour les exploitants …

Confédération Paysanne:
À l’échelle locale, il nous faut maintenir et développer des outils de transformation des produits agricoles afin de reconquérir de la valeur ajoutée et faciliter la diversification des fermes : abattoirs, ateliers de découpe, légumerie, meunerie…Il est aussi nécessaire de rétablir des relations commerciales avec les acteurs locaux (restauration collective, métiers de bouche ) de créer plus de liens entre céréaliers et éleveurs afin d’améliorer notre autonomie en protéine, en fourrage et en paille.Dans ces domaines la Chambre d’Agriculture a un rôle important à jouer, elle doit insuffler des dynamiques.

 

Retrouvez l'intégralité de ces questions, sur les sujets agricoles et le rôle de la Chambre dans les pages 3,4 et 5 de Vienne Rurale du 18 janvier

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vienne Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui