La Vienne Rurale 26 avril 2019 à 08h00 | Par Guillaume de Werbier

Une mouche toujours sous surveillance

Le Comité de pilotage (Copil) Wohlfahrtia est en manque d’éleveurs volontaires pour mener des essais dans les exploitations en vue d’améliorer le protocole de lutte contre la mouche dont les asticots s’attaquent aux ovins et aux bovins.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Guillaume de Werbier

Depuis son apparition dans la région, la mouche parasite Wohlfahrtia magnifica, et les myiases qu’elle provoque, ont fait l’objet de travaux de recherche pour mieux connaître la maladie. Dans le cadre du Copil Wohlfahrtia, regroupant les professionnels de l’élevage et de la santé animale de la zone touchée (Vienne, Charente, Haute-Vienne et bientôt l’Indre), le laboratoire du Pôle Santé animale de l’Alliance Pastorale et celui de l’unité de parasitologie de l’École nationale vétérinaire d’Alfort ont effectivement mené des essais qui permettent aujourd’hui de faire des préconisations en termes de traitement et de prévention.
Mais, cette prévention, ne peut être efficace que si elle comprend un programme complet qui, à l’échelle de la région, doit être mis en place par l’ensemble des éleveurs.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Vienne Rurale se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui